ODB_180414
Taille du texte: Agrandir

JE VIS

Laura Brooks, âgée de 52 ans et mère de deux enfants, l’ignorait alors, mais elle comptait parmi les quatorze mille personnes dont le nom avait été entré par erreur en 2011 dans la banque de données gouvernementale des personnes décédées. Elle s’est demandé ce qui n’allait pas lorsqu’elle a cessé de recevoir ses chèques d’invalidité, et que la banque a commencé à refuser ses chèques de remboursement d’emprunt et de loyer. Elle s’est donc rendue dans sa succursale pour régler la question, mais son représentant lui a dit que ses comptes avaient été fermés parce qu’elle était décédée ! De toute évidence, on s’était trompé.

L’apôtre Paul ne faisait pas erreur en disant que les croyants d’Éphèse étaient morts à un certain moment – spirituellement morts. Ils l’étaient en ce sens qu’ils étaient séparés de Dieu, esclaves du péché (Ép 2.5) et condamnés à subir la colère de Dieu. Quelle situation désespérée !

Dans sa bonté, Dieu a cependant fait le nécessaire pour tourner les choses à leur avantage et au nôtre. Le Dieu vivant, « qui donne la vie aux morts » (Ro 4.17), a répandu sa riche miséricorde et son grand amour en envoyant son Fils Jésus sur la terre. Par la mort et la résurrection de Christ, Dieu nous rend vivants (Ép 2.4,5).

Si nous croyons à la mort et à la résurrection de Jésus-Christ, nous passons de la mort à la vie. Nous vivons maintenant pour nous réjouir de sa bonté !

Accepter la mort de Jésus me procure la vie.