ODB_110714
Taille du texte: Agrandir

LA PARANOÏA À L’ENVERS

Je me rappelle les actualités rapportant la révolution pacifique de 1991 dans les rues de Moscou. Des Russes ayant grandi sous un régime totalitaire se sont mis soudain à s’opposer aux chars d’assaut en déclarant : « Nous agirons comme si nous étions libres. » Le contraste entre les visages des leaders à l’intérieur et ceux des manifestants à l’extérieur démontrait qui avait réellement peur et qui était réellement libre.

En regardant les actualités se déroulant sur la place Rouge à la télévision finlandaise, j’en suis venu à donner une nouvelle définition au mot foi : paranoïa à l’envers. La personne véritablement paranoïaque organise sa vie selon une perspective collective inspirée par la peur, que tous les événements alimentent.

La foi agit à l’inverse. La personne qui a la foi organise sa vie selon une perspective collective inspirée par la confiance, et non la peur. Malgré le chaos apparent de l’instant présent, Dieu règne. Peu importe comment je me sens, je compte vraiment pour un Dieu d’amour.

Que pourrait‑il se produire si nous qui sommes du royaume de Dieu agissions véritablement comme si nous donnions foi aux propos de l’apôtre Jean : « [Celui] qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde » (1 Jn 4.4) ? Et si nous nous mettions réellement à vivre comme si Dieu avait déjà exaucé la prière chrétienne la plus fréquente, à savoir que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme au ciel ?

Nourrir sa foi contribue à affamer ses craintes.